Interpreting the Effectiveness of Opioids and Pregabalin for Pain Severity, Pain Interference, and Fatigue in Fibromyalgia Patients

[Diffusé le 17-04-2018]

Source : Pain Practice 2018; 18(5): 611-24

Fred Davis MD 1, Mark Gostine MD 2, Bradley A. Roberts MS 1, Rebecca Risko RN, BSN 1, Joseph C. Cappelleri PhD 3, Alesia Sadosky PhD 4

1ProCare Systems, Inc. Grand Rapids >Michigan>U.S.A
2Michigan Pain Consultants Grand Rapids >Michigan>U.S.A
3Pfizer Inc. Groton >Connecticut>U.S.A
4Pfizer Inc. New York >New York> U.S.A

Efficacité des opioïdes et de la prégabaline sur la sévérité de la douleur et la fatigue des patients atteints de Fibromyalgie

Article commenté par : L'équipe éditoriale AddictoScope

La fibromyalgie –caractérisée par des douleurs musculo-squelettiques généralisées, une raideur articulaire, une forte asthénie, des troubles du sommeil, une possible dépression ainsi que des difficultés cognitives- est une pathologie très invalidante entrainant une altération importante de la qualité de vie des patients associées à une perte de productivité et à une utilisation accrue du système de santé. Les recommandations internationales pour la prise en charge de la fibromyalgie comprennent l'utilisation de diverses classes pharmacologiques, y compris les antidépresseurs et les anticonvulsivants, mais recommandent spécifiquement de ne pas utiliser les opioïdes, à l’exception des opioïdes faibles comme le tramadol. Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé 3 médicaments pour le traitement de la fibromyalgie : 2 antidépresseurs (duloxétine et milnacipran) et un anticonvulsivant (prégabaline). Cependant, le traitement de la fibromyalgie reste difficile, et nombre d’études ont montré une utilisation faible ou inefficace des thérapies approuvées ou recommandées, alors que les patients percevaient les opioïdes comme des thérapies plus efficaces. Ainsi, l'objectif de cette étude était d’évaluer l'efficacité des opioïdes associés ou non à la prégabaline sur la douleur et la fatigue des patients fibromyalgiques.

Au total, 1 421 patients atteints de fibromyalgie ont été inclus dans l’étude, correspondant à 3 082 prescriptions d'opioïdes, avec ou sans utilisation de prégabaline, entre avril 2008 et février 2015. Les opioïdes ont été catégorisés en dose équivalente de morphine faible (≤ 20), modérée (> 20 à <100) ou élevée (≥ 100). Les doses de prégabaline étaient, quant à elles, réparties également en 3 groupes : ≤ 150 mg, entre 151 et 300 mg, et jusqu’à 450 mg. Les proportions de patients ayant atteint des seuils cliniquement significatifs ≥ 30% et ≥ 50% d'amélioration ont été comparées. L’aire sous la courbe ROC a été calculée pour l'amélioration et l'aggravation des effets cliniques, permettant le classement des traitements. Une analyse plus approfondie a comparé les doses de prégabaline.

La prégabaline sans opioïdes a entraîné la plus forte proportion de patients présentant une amélioration ≥ 30% parmi tous les analgésiques analysés, notamment sur les composantes suivantes : « capacité à apprécier la vie », « activité », « humeur » et « sommeil ». Egalement, les doses de prégabaline recommandées pour le traitement de la fibromyalgie (151 à 450 mg) ont généralement entraîné la plus forte proportion de patients atteignant des seuils par rapport aux opioïdes. Cependant, la prégabaline était constamment l’option la plus faible sur les seuils de fatigue, alors qu’elle présentait de meilleurs résultats en étant combinée aux opioïdes administrés à une dose équivalente de morphine modérée. Enfin l’analyse de la courbe ROC était compatible avec les seuils ci-dessus, la prégabaline sans opioïdes ayant donné les meilleurs résultats en termes d'amélioration globale des patients.

Ainsi, malgré quelques limitations méthodologiques (conception rétrospective de l’étude, non prise en compte des poly-prescriptions et de leurs conséquences cliniques), la prégabaline administrée seule a généralement produit les effets les plus favorables sur la sévérité de la douleur. Egalement, l’association opioïde-prégabaline, les opioïdes étant administrés à une dose équivalente de morphine modérée, était particulièrement pertinente pour les patients souffrant d’une forte asthénie. Enfin, la plupart des patients ont pris des doses de prégabaline inférieures aux doses recommandées, suggérant que des doses plus élevées que celles actuellement utilisées en clinique pourraient encore améliorer les résultats.

Abstract

Objective To evaluate the effectiveness of opioids and/or pregabalin on patient‐reported outcomes among fibromyalgia (FM) patients based on levels of improvement.
Methods A total of 1,421 FM patients were identified, with 3,082 observational periods of opioids with or without pregabalin use between April 2008 and February 2015. Patients were categorized by opioids, and pregabalin with and without opioids; opioids were designated by morphine equivalent dose (MED) of 20 (low MED), > 20 to < 100 (moderate MED), 100 (high MED), and pregabalin doses of 150 mg, 151 to 300 mg, and 301 to 450 mg. Proportions of patients meeting clinically relevant thresholds of 30% and 50% improvement for pain interference (ability to enjoy life; activity; mood; relationships; sleep), pain severity, and fatigue were compared among treatments, and area under the curve (AUC) for improvement and worsening of effects was determined, enabling ranking of treatments. Further analysis compared pregabalin doses.
Results Pregabalin without opioids resulted in the highest proportions of patients with 30% improvement on all pain items and pain interference with “ability to enjoy life,” “activity” “mood,” and “sleep.” For the 50% threshold, pregabalin alone was highest for all pain interference items and for “average pain” and “worst pain.” Pregabalin was consistently lowest across thresholds for fatigue, but showed better results combined with moderate MED opioids. Pregabalin doses recommended for treatment of FM (151 to 450 mg) generally resulted in the highest proportion of patients achieving thresholds relative to opioids. The AUC results were consistent with thresholds; pregabalin without opioids resulted in the greatest benefits with regard to improvement, with the highest ranking for overall improvement and overall effects.
Conclusion Pregabalin without opioids provided the most favorable outcomes overall based on 30% and 50% improvement thresholds and AUC, with support for moderate MED opioids + pregabalin in patients suffering from fatigue. While most patients took less than recommended pregabalin doses, higher doses may lead to improved outcomes.

Keywords: fibromyalgia; pain; fatigue; opioids; patient‐reported outcomes; outcome assessment; chronic widespread pain; sensitization.


 Noter cet article :

Ma bibliographie

Accédez à vos articles favoris, classez-les par dossiers ou encore exportez-les sous format ENDNOTE !


Rechercher

Besoin d'aide ?
Recherche avancée
Recherche par revues
513 articles actuellement disponibles
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | 0-9
Recherche par rubriques