Metabolic and Addiction Indices in Patients on Opioid Agonist Medication-Assisted Treatment: A Comparison of Buprenorphine and Methadone

[Diffusé le 15-05-2020]

Source : Scientific reports 2020; 10(1): 5617

Elman Igor 1, Howard Margaret 2, Borodovsky Jacob T. 3, Mysels David 4, Rott David 5, Borsook David 6, Albanese Mark 7

1 Center for Pain and the Brain, Department of Anesthesia, Critical Care and Pain Medicine Boston Children’s Hospital Boston MA USA
2 Rhode Island Department of Behavioral Healthcare Cranston RI USA
3 Department of Psychiatry Washington University School of Medicine St. Louis MO USA
4 Department of Psychiatry Alpert Medical School of Brown University Providence RI USA
5 Department of Cardiology, Sheba Medical Center Sackler School of Medicine Tel Aviv Israel
6 Center for Pain and the Brain, Department of Anesthesia, Critical Care and Pain Medicine, Boston Children’s Hospital, Massachusetts General Hospital and McLean Hospital, Harvard Medical School Boston MA USA
7 Cambridge Health Alliance, Harvard Medical School Cambridge MA USA

Maladies métaboliques et addiction: quels choix thérapeutiques dans les médicaments de substitution ?

Article commenté par : Dr Bertrand Lego

Dans cet article, les auteurs cherchent à connaître l'effet bénéfique ou délétère d'un traitement au long cours à la buprénorphine ou à la methadone chez des patients consommateurs avec une comorbidité de maladie métabolique.

L'échantillon (relativement restreint ) est composé de patients avec un IMC important chez qui on a diagnostiqué un trouble métabolique de type diabète et hypercholestérolémie. Les 2 échantillons de populations reçoivent en MSO soit de la buprénorphine soit de la methadone. Les résultats sont plein d'enseignements; en effet, selon la molécule utilisée, il semble que l'évolution de la maladie métabolique ne soit pas la même.

En pratique, le choix du MSO dans le colloque singulier est souvent affaire d'habitude de la part du prescripteur. En France les MG n'ont d'autres choix que de "primo-prescrire" de la buprenorphine. C'est sans doute un coup de chance pour les patients diabétiques et obèses. Dans les Csapa, le choix de la molécule prescrite devrait s'inscrire dans un vrai choix thérapeutique qui tient compte de tous les antécédents médicaux des patients en incluant (un peu) ces notions de maladies métaboliques. Je ne vais rien vous apprendre quand j'écrit que nos patients, par leur alimentation, font le lit des maladies métaboliques. Sans trop de revenus ils sont plus adeptes de friteries et autres plats industriels que de petits plats équilibrés.

L'article que vous allez découvrir va sans doute modifier ma pratique quotidienne avec mes patients, je vais être plus pro actif sur les dépistages systématiques de maladie métabolique. Je profite par ailleurs de cette tribune pour mettre en lumière le travail exemplaire de mes collègues du CSAPA, "le CAP" à Mulhouse: en effet dans cette structure on peut y trouver un atelier cuisine qui à pour but d'expliquer aux patients une meilleure gestion de leur assiette. La santé passe aussi par là.

Abstract

Metabolic hormones stabilize brain reward and motivational circuits, whereas excessive opioid consumption counteracts this effect and may impair metabolic function. Here we addressed the role of metabolic processes in the course of the agonist medication-assisted treatment for opioid use disorder (OUD) with buprenorphine or methadone. Plasma lipids, hemoglobin A1C, body composition, the oral glucose tolerance test (oGTT) and the Sweet Taste Test (STT) were measured in buprenorphine- (n = 26) or methadone (n = 32)- treated subjects with OUD. On the whole, the subjects in both groups were overweight or obese and insulin resistant; they displayed similar oGTT and STT performance. As compared to methadone-treated subjects, those on buprenorphine had significantly lower rates of metabolic syndrome (MetS) along with better values of the high-density lipoproteins (HDL). Subjects with- vs. without MetS tended to have greater addiction severity. Correlative analyses revealed that more buprenorphine exposure duration was associated with better HDL and opioid craving values. In contrast, more methadone exposure duration was associated with worse triglycerides-, HDL-, blood pressure-, fasting glucose- and hemoglobin A1C values. Buprenorphine appears to produce beneficial HDL- and craving effects and, contrary to methadone, its role in the metabolic derangements is not obvious. Our data call for further research aimed at understanding the distinctive features of buprenorphine metabolic effects vis-à-vis those of methadone and their potential role in these drugs’ unique therapeutic profiles.


 Noter cet article :

Ma bibliographie

Accédez à vos articles favoris, classez-les par dossiers ou encore exportez-les sous format ENDNOTE !


Rechercher

Besoin d'aide ?
Recherche avancée
Recherche par revues
528 articles actuellement disponibles
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | 0-9
Recherche par rubriques